fermer
revenir au site   >

La profession des audioprothésistes appelle à mettre en œuvre une véritable politique de l’audition

Actualités

12.04.16

image bannière

L'étude portant sur l'impact économique du déficit auditif en France et dans les pays développés, réalisée à l'initiative de l'UNSAF par les économistes Laurence Hartmann et Jean de Kervasdoué, met pour la première fois en lumière le coût du déficit auditif pour la société, comme pour l'assurance maladie.

L'étude portant sur l'impact économique du déficit auditif en France et dans les pays développés, réalisée à l'initiative de l'UNSAF par les économistes Laurence Hartmann et Jean de Kervasdoué, met pour la première fois en lumière le coût du déficit auditif pour la société, comme pour l'assurance maladie. Elle a été présentée lors du congrès des audioprothésistes le 18 mars 2016.

L'étude montre que «sans appareillage, le coût du déficit auditif s'élèverait à 23,4 milliards d'euros» pour la société. Ce chiffre donne la mesure des coûts évités quand les personnes sont appareillées.
A l'heure actuelle, en tenant compte du taux d'appareillage (recours effectif et utilisation effective), ce coût est réduit de 30 %, il pourrait l'être de 40%, si toutes les personnes appareillables étaient appareillées. 

Vous pouvez retrouver l'interview de Laurence Hartmann sur le reportage d'AuditionTV

Le communiqué de presse, ainsi que l'étude complète sont à consulter dans leur intégralité sur le site de l'UNSAF.