fermer
revenir au site   >

Comment lire un audiogramme ORL ?

Audition

19.11.21

image bannière

L’audiogramme ORL est le résultat d’une audiométrie tonale, un test auditif permettant de détecter d’éventuels problèmes d’audition. Présenté sous la forme d’un graphique, il nous est remis par le médecin ORL ou l’audioprothésiste suite à la réalisation d’un bilan auditif. À première vue, il est difficile à déchiffrer. Quelques connaissances de base permettent cependant de lire un audiogramme ORL beaucoup plus facilement.

Lecture d’un audiogramme ORL : comprendre le graphique

Pour savoir si l’on entend bien, il faut généralement passer par un bilan auditif. Un test d’audition en particulier permet alors de repérer une éventuelle surdité : l’audiométrie, permettant de dessiner l’audiogramme ORL. Le problème est que, pour un novice, il ressemble avant tout à un quadrillage barbouillé de bleu et de rouge. Première information utile à connaître, toutes les informations renseignées en bleu concernent l’oreille gauche. De façon complémentaire, les informations en rouge sont relatives à l’oreille droite

Pour bien lire l’audiogramme, il ne reste qu’à comprendre à quoi servent les deux axes du graphique. 

Le niveau sonore

L’axe des ordonnées, c’est-à-dire l’axe vertical, indique le niveau sonore, exprimé en décibels (dB). Il se lit verticalement, de haut en bas. Plus le niveau sonore entendu est bas, plus le point reporté sur l’audiogramme est haut. Pour faire simple, plus l’audition est bonne et plus la courbe se situe en haut de l’audiogramme. À l’inverse, plus la surdité est importante, plus la courbe est basse. 

Les fréquences sonores

L’axe des abscisses, ou axe vertical, indique quant à lui les fréquences sonores, exprimées en Hertz (Hz). On commence (à gauche) par les fréquences les plus basses, correspondant aux sons les plus graves. Plus on se déplace vers la droite et plus les sons correspondants sont aigus. Les fréquences testées sont généralement les mêmes : 125 Hz, 250 Hz, 500 Hz, 1000 Hz, 2000 Hz, 4000 Hz et 8000 Hz, sachant qu’une conversation normale se situe principalement entre 500 et 2000 Hz

Croiser les données

Maintenant que l’on sait comment est construit l’audiogramme, sa lecture est beaucoup plus simple : un point de courbe correspond tout simplement au niveau sonore le plus bas entendu pour une fréquence donnée

Lire le degré de perte auditive sur un audiogramme

L’intérêt principal d’une bonne lecture d’un audiogramme ORL est qu’elle permet de calculer la perte auditive. Plusieurs niveaux ont ainsi été établis et servent de référence :

  • 0 à 20 décibels : audition normale. 
  • 21 à 40 dB : perte auditive légère. 
  • 41 à 55 dB : perte moyenne. 
  • 56 à 70 dB : perte moyennement sévère. 
  • 71 à 90 dB : surdité sévère. 
  • Au-delà de 90 dB : surdité profonde. 

Ainsi, par exemple, une personne avec une audition normale aura un audiogramme constitué d’une ligne plus ou moins horizontale, sur la partie haute du graphique (entre 0 et 20 décibels), avec des sons de faible intensité entendus pour toutes les fréquences testées. 

En cas de perte d’audition liée à l’âge cependant, c’est-à-dire de presbyacousie, la courbe va retomber plus ou moins rapidement, selon l’importance de la perte auditive. Cela traduit tout simplement que la perte auditive est plus importante dans les fréquences aiguës, un trait représentatif de la pathologie.