fermer
revenir au site   >

Comment calculer la perte auditive ?

Perte d'audition

08.10.21

image bannière

La perte auditive est une altération de la conduction et/ou de la perception sonore chez un individu. La détecter tôt joue certes un rôle primordial dans sa prise en charge, mais il faut aussi et surtout en déterminer le taux afin de pouvoir prendre les mesures adéquates, qui seules permettront de mieux vivre avec une surdité, même légère. Mais alors, comment se calcule la perte auditive ?

Mesurer la perte auditive : une histoire de fréquences

Avant de passer aux calculs, il convient de savoir si on a une perte auditive. Une fois la perte d’audition confirmée, il est possible (et nécessaire) d’en établir l’intensité. On détermine pour cela le seuil auditif, c’est à dire à quel moment un son devient audible, et ce à plusieurs fréquences. 

Qu’est-ce qu’une fréquence sonore ?

Une fréquence sonore est tout simplement le nombre de vibrations propagées dans l’air (ou dans l’eau) par seconde. Moins il y a de vibrations, plus le son est grave. Au contraire, plus le nombre de vibrations augmente, plus la fréquence est haute et plus le son perçu est aigu. L’oreille humaine est ainsi capable d’entendre des sons compris entre 20 Hz et 20’000 Hz, mais c’est entre 1’000 et 3’000 Hz que l’on entend le mieux. 

On considère les plages suivantes : 

  • Jusqu’à 500 Hz : sons graves
  • De 500 à 2’000 Hz : sons moyens ou médiums
  • Au dessus de 2’000 Hz : sons aigus

Selon le type de surdité constaté (légère, moyenne, profonde), différentes plages de fréquences et différents seuils auditifs sont impliqués. L’audiogramme, et plus particulièrement l’audiométrie tonale, est le test tout indiqué pour nous aider à les identifier et à calculer l’étendue de la perte d’audition. 

Calcul de la perte auditive grâce à l’audiogramme

L’audiométrie tonale est un test qui consiste à envoyer des sons d’intensité plus ou moins forte, à des fréquences variées. Elle se déroule dans une pièce insonorisée et les sons sont envoyés indépendamment dans l’une ou l’autre oreille du patient, à travers un casque audio. Lorsque le patient entend un son, il appuie sur un bouton, permettant à l’ORL ou à l’audioprothésiste de déterminer les plages perdues. 

Le résultat de l’audiométrie se traduit par deux courbes, une pour chaque oreille. Le graphique se présente toujours de la même façon : 

  • Les fréquences (en hertz, Hz) sont représentées en abscisses (axe horizontal). 
  • L’intensité ou niveau d’audition (en décibels, dB) sont représentées en ordonnées (axe vertical). 

En comparant les résultats à une courbe de référence considérée comme celle d’une audition normale, il est possible de calculer la perte auditive, exprimée en pourcentage. Le calcul d’une perte auditive repose ainsi à la fois de la réalisation d’un test d’audition et de la bonne lecture de l’audiogramme ORL

Exemple de calcul de la perte d’audition

Par exemple, pour calculer une perte auditive moyenne, on s’intéresse essentiellement aux pertes sur les fréquences de 500 Hz, 1000 Hz, 2000 Hz et 4000 Hz, la bonne compréhension de la parole reposant avant tout sur notre capacité à entendre les moyennes fréquences. 

Le calcul du taux de perte d’audition (en décibels) est alors le suivant : 

([Pertes à 500 Hz] + [Pertes à 1000 Hz] + [pertes à 2000 Hz] + [pertes à 4000 Hz]) / 4

Trouvez un professionnel de l'audition