fermer
revenir au site   >

Acouphène : quels sont les médicament à éviter ?

Acouphènes

31.05.22

image bannière

Certains médicaments, en plus de traiter une maladie, peuvent empirer voire déclencher certains troubles de l'audition. On parle alors de médicaments ototoxiques, littéralement "toxiques pour l'oreille". C'est tout particulièrement vrai dans le cadre d'acouphènes. Nous revenons ici sur les médicaments à éviter en cas d'acouphènes et les bonnes pratiques à suivre en cas de bourdonnements dans les oreilles encouragés par un traitement médical.

Comment un médicament peut-il encourager un acouphène ?

Un médicament ototoxique est un médicament, généralement conçu pour traiter une maladie qui n’a rien à voir avec les problèmes auditifs, ayant pour effet secondaire de toucher l’oreille. Selon les médicaments et les réactions, ils peuvent entraîner des étourdissements, des vertiges ou des nausées lorsqu’ils touchent à la partie de l’appareil auditif responsable de l’équilibre (le système vestibulaire). Dans d’autres cas, ils entraînent des troubles de l’oreille interne, notamment en causant des dommages aux cellules ciliées. Ces cellules en forme de cils, qu’il n’est pas possible de régénérer, sont directement responsables de la qualité de notre audition puisqu’elles participent à la transmission des sons au nerf auditif puis au cerveau. 

Lorsqu’un médicament touche l’oreille interne, le patient peut souffrir de perte auditive, mais aussi entendre un bruit parasite qui n’existe pas (bourdonnement, sifflement) : on parle alors d’acouphène.  

Développer une ototoxicité médicamenteuse dépend de nombreux facteurs, incluant notamment la durée et la quantité de médicament utilisée, mais également des facteurs personnels comme le capital génétique, les antécédents familiaux et l'état de santé général du patient. Les problèmes rénaux peuvent par exemple encourager le phénomène d'ototoxicité puisque l'organisme éprouve alors plus de difficultés à éliminer le médicament. 

Quels sont les médicaments à éviter lorsque l'on est acouphénique ?

La liste de médicaments pouvant déclencher ou intensifier des crises d'acouphènes est assez longue, et pas forcément valable pour l’ensemble des personnes traitées. Plus compliqué encore, elle ne se contente pas d'une seule grande famille de médicaments, mais contient au contraire des traitements variés, liés à des troubles tout aussi divers. 

Voici les principaux médicaments connus pouvant agir sur la fréquence et l'intensité des acouphènes. 

Antibiotiques

Certains antibiotiques, ou plutôt les composants qu’ils contiennent, peuvent s’attaquer à la cochlée ou au vestibule de l’appareil auditif. Ils peuvent également aggraver les acouphènes et leur prise est donc déconseillée aux acouphéniques. C’est notamment le cas d’antibiotiques à base d’aminosides (gentamycine, kanamycine) et de macrolides (polymyxine, azithromycine, érythromycine). 

Anti-inflammatoires

Certains médicaments en vente libre sont également à éviter en présence d’acouphènes. C’est le cas de produits aussi courants que l’aspirine ou l’ibuprofène. Attention donc également en cas d’automédication : des traitements en apparence inoffensifs peuvent malmener la santé de nos oreilles. 

Antipaludiques

La quinine et la chloroquine sont deux médicaments couramment utilisés pour traiter le palu. Tous deux sont potentiellement ototoxiques et donc à éviter si vous entendez des bruits causés par des acouphènes. On parle dans leur cas de médicaments à marge thérapeutique étroite : la dose efficace et la dose toxique sont très proches. 

Médicaments utilisés en cancérologie et hématologie

Certains médicaments utilisés en milieu hospitalier peuvent être plus ou moins toxiques pour l’oreille. Parmi eux, les dérivés du platine et tout particulièrement le cisplatine sont ceux qui présentent le plus de risques pour l’audition. Ils peuvent entraîner une perte d’audition irréversible, accompagnée d’acouphènes chroniques ou permanents

Diurétiques

Enfin, certains diurétiques présentent ce que l’on appelle une ototoxicité dose-dépendante. Cela signifie que les acouphènes comme la surdité ont de bonnes chances de se résorber lors de l’arrêt du traitement. Cet effet secondaire touche principalement les patients souffrant de problèmes rénaux aigus, généralement après l’administration d’un diurétique en intraveineuse ou un épisode d’hypertension

Réagir en cas d'acouphène lié à la prise de médicament

La prise de médicaments potentiellement ototoxiques est parfois nécessaire. Si c'est votre cas, votre médecin peut dans un premier temps tenter de trouver un traitement alternatif. Si cela n'est pas possible, il est important de se limiter à des doses faibles, afin de contrôler au maximum l'influence du médicament sur la qualité de votre audition. Un suivi régulier s'impose également pour réagir rapidement face à d'éventuels effets secondaires. 

Dans le cas où vous avez un doute quant à l'origine d'acouphènes et suspectez la responsabilité d'un traitement médicamenteux, le premier réflexe à avoir est de consulter un médecin ORL qui sera apte à diagnostiquer les acouphènes ainsi que leur origine. Il sera alors temps d'arrêter le médicament (si cela ne comporte pas de danger pour votre santé), de le remplacer par un autre traitement ou d'adapter le dosage. En agissant rapidement et en bénéficiant du suivi d'un spécialiste, il est parfois possible de rétablir au moins partiellement l'audition. Il n'existe cependant pas de traitement pour inverser l'ototoxicité.

Trouvez un professionnel de l'audition