fermer
revenir au site   >

Comment assurer un appareil auditif ?

Appareil auditif

20.12.21

image bannière

En cas de perte, de vol ou de casse, la remise en état de fonctionnement normal de son appareil auditif peut rapidement s'avérer coûteuse. C’est d’autant plus vrai lorsque l'on se trouve dans la fatidique période de quatre ans après l'achat, durant laquelle un nouveau remboursement de la sécurité sociale n'est pas possible. Ainsi, de nombreux audioprothésistes conseillent d'assurer son appareil auditif. En cas de problème, une assurance vous permet d'être couvert et ainsi d'éviter d'assumer seul la réparation ou le rachat de vos prothèses. Voici comment assurer un appareil auditif.

Conseils pour bien assurer un appareil auditif ou une prothèse auditive

Le prix moyen d’un appareil auditif est estimé à environ 1500 € par oreille, une somme conséquente qu’il vaut mieux ne pas avoir à débourser seul. Il convient donc de bien choisir son assurance. 

Choisir le bon souscripteur d’assurance

Les assurances pour appareils auditifs sont proposées à la fois par les audioprothésistes et des cabinets d’assurance classiques. Celles des audioprothésistes ont souvent l’avantage d’être moins chères et facilitent les démarches administratives puisque tout se fait sur place. Vous dépendez par contre géographiquement de votre centre, ce qui peut être un obstacle si vous déménagez ou en vacances par exemple. 

Vérifier les conditions du contrat

Toutes les assurances pour appareils auditifs ou aides auditives ne se valent pas. Avant de vous engager, demandez systématiquement à voir le contrat. Quelques éléments en particulier sont à étudier : 

  • Durée de validité : généralement 4 ans, sachant que la durée de vie d’un appareil auditif est un peu plus longue. 
  • Appareil de remplacement : si votre appareil peut être réparé, il restera probablement quelques jours chez l’audioprothésiste ou le fabricant. Une assurance couvrant les frais d’un appareil auditif de remplacement est un vrai plus. 
  • Remplacement à l’identique : qui dit nouvel appareil dit nouveau temps d’adaptation. Privilégiez les contrats d’assurance qui vous proposent un remplacement à l’identique si le modèle est toujours sur le marché. 
  • Franchise : elle varie selon les assurances mais tient généralement compte de la vétusté. Attention donc, pour un appareil auditif en fin de vie, la franchise peut être relativement élevée et atteindre jusqu’à 70% du prix de départ la dernière année du contrat. 

Ne pas oublier les garanties

Depuis la réforme 100% santé, fabricants et audioprothésistes ont l'obligation de vous fournir une garantie de quatre ans pour vos appareils auditifs et aides auditives (contre deux auparavant). Cette garantie obligatoire est valable pour tous les appareils auditifs, qu'ils appartiennent à la classe I (entrée de gamme) comme à la classe II (haut de gamme). Cette garantie s’ajoute aux aides financières à disposition ainsi qu’aux remboursements habituels proposés par la sécurité sociale et les mutuelles. 

En cas de dysfonctionnement dans le cadre d'une utilisation normale, c'est donc la garantie qui doit marcher ! Vous n'avez dans ce cas ni à débourser vous-même la somme correspondante à la réparation (si elle est envisageable) ou au remplacement de votre appareil auditif ou prothèse auditive, ni à faire marcher votre assurance dans le cas où vous en avez une. Les problèmes dus à l'humidité ou à l'eau ne sont cependant pas couverts par cette garantie et doivent donc être pris en charge par votre assurance.

Trouvez un professionnel de l'audition