fermer
revenir au site   >

Causes psychologiques des acouphènes : comment les gérer ?

Acouphènes

30.12.22

image bannière

Nous avons tous fait l’expérience ou entendu parler des acouphènes, ces bruits parasites qui perturbent le quotidien. Souvent, ils s’accompagnent d’un problème d’audition, notamment avec l’âge. Pourtant, ils ne sont pas toujours liés à un trouble ORL et pourraient même être étroitement liés à des causes psychologiques. Ce lien est de mieux en mieux compris et certaines thérapies cognitives peuvent aider à les soulager.

Des causes psychologiques aux acouphènes ?

Dans l'extrême majorité des cas, les acouphènes sont causés par un dérèglement nerveux faisant que la personne acouphénique entend des sons qui n'existent pas ailleurs que dans sa tête (bourdonnement, sifflement, cliquetis). Ce bruit parasite est donc produit par le cerveau, mais est impossible à entendre ou à mesurer par une autre personne ou même par un outil. Dans ce cas, on parle d'acouphènes subjectifs, qualifiant une illusion auditive plus ou moins intense et continue. 

Il existe une autre forme d'acouphènes, dits acouphènes pulsatiles, beaucoup plus rares, qui se manifeste par la perception des pulsations du flux sanguin, par exemple en cas d'hypertension. Le son existe alors bel et bien et la cause peut être traitée. 

Il est néanmoins souvent difficile de déterminer la cause exacte d'un acouphène chronique. La sphère ORL est souvent incriminée, qu'il s'agisse du vieillissement naturel de l'appareil auditif (presbyacousie), d'un traumatisme sonore, de certaines maladies ou de la prise de médicaments ototoxiques, c'est-à-dire représentant un risque pour la bonne santé de l'oreille. 

Pourtant, selon certaines études, les problèmes ORL ne suffisent pas toujours à expliquer les acouphènes, surtout lorsqu'il s'agit d'acouphènes chroniques. Des causes psychologiques sont alors évoquées, notamment en cas de choc émotionnel, de traumatisme ou de stress important. Des événements aussi divers que la perte d'un proche, un accident, la perte de son emploi, l'anxiété ou une dépression pourraient alors encourager l'apparition des acouphènes

Une fois les bourdonnements installés, ils peuvent de plus empirer la situation en rendant les crises plus difficiles à gérer. En d'autres termes, les causes psychologiques, si nous ne sommes pas certains qu'elles peuvent à elles seules causer les acouphènes, peuvent en tout cas les rendre moins supportables

Gérer ses acouphènes à travers ses émotions

Afin de mieux comprendre le lien potentiel entre acouphènes et causes psychologiques, il est important d’introduire le système limbique, parfois également appelé cerveau émotionnel. Cette structure cérébrale est complexe et joue plusieurs rôles. Ce qui nous intéresse ici est sa capacité à mettre en relation la mémoire et les émotions

Si cela présente un intérêt dans la prise en charge des acouphènes, c’est parce que certaines études basées sur l’analyse d’IRM du cerveau chez des acouphéniques montrent que leur système limbique est hautement actif. À situation complexe, conclusion simple : cette activation anormale du système limbique pourrait expliquer pourquoi les acouphènes sont parfois insupportables et pourquoi il est, pour certains patients, difficile voire impossible de s’en détacher

Pour simplifier, cette connexion crée un cercle vicieux dans lequel l’acouphène se retrouve associé à la source de stress ou d’angoisse, cette émotion étant elle-même rattachée à la mémoire d’un événement négatif. Le cerveau ne parvient alors plus à filtrer les bruits parasites dont l’individu a pleine conscience. Conséquence directe, il ne parvient pas ou plus à les ignorer. Selon cette théorie, l’acouphène devient alors la manifestation physique d’un déséquilibre psychologique. Stress et acouphènes ne font donc pas bon ménage. En agissant directement sur les causes psychologiques associées, il semble néanmoins possible de soulager les acouphènes. 

Comment agir sur les causes psychologiques pour soulager les acouphènes ?

Les causes psychologiques pouvant être associées à des acouphènes sont diverses et variées. Il n’existe donc pas de solution unique pour les traiter et la prise en charge doit systématiquement être adaptée à la situation particulière de la personne concernée. Consulter un professionnel de santé est donc essentiel, en commençant par un médecin ORL, spécialiste des acouphènes. Il pourra chercher à diagnostiquer les acouphènes, déterminer si une perte d’audition leur est associée et, au besoin, vous rediriger vers d’autres spécialistes. 

Appareillage auditif

Les prothèses auditives n’agissent pas directement sur les causes psychologiques des acouphènes. En cas de perte auditive (presbyacousie notamment), elles permettent néanmoins d’entendre à nouveau correctement, et donc de se libérer d’un premier problème, ce qui contribue à la fois à retrouver un certain confort auditif quotidien et à alléger la charge mentale

Pour savoir quand porter un appareil auditif, rendre visite à un médecin ORL est essentiel. Il peut alors réaliser un bilan ORL complet, calculer la perte auditive avec exactitude et, si nécessaire, vous rediriger vers un audioprothésiste pour l’appareillage. 

Hypnose

La plupart des acouphènes ne se soignent pas. L’hypnose, ou hypnothérapie, présente alors le double avantage d’apprendre à mieux vivre avec ces sons parasites et, de manière plus générale, à prendre conscience de son inconscient. Ce faisant, elle permet aux personnes réceptives de mieux gérer leurs émotions, idéalement jusqu’à arriver à briser l’association mentale entre certains événements négatifs et la présence des acouphènes. 

Sophrologie

Tout comme l’hypnothérapie, la sophrologie ne soigne pas directement les acouphènes. Elle se base plutôt sur des techniques de relaxation (respiration, mouvements, visualisation) pour apprendre à mieux se connaître. Elle aide également les personnes acouphéniques à prendre du recul sur certaines situations afin de leur porter un regard neuf. Ce faisant, elle peut aider à mieux canaliser son stress, à gérer les crises d’anxiété ou encore à mieux dormir. 

Psychothérapie

La psychothérapie reste le moyen le plus efficace de traiter les causes psychologiques des acouphènes. Selon les cas et les causes identifiées, la psychothérapie peut se suffire à elle-même ou au contraire s’accompagner d’autres types d’interventions, comme la prise de médicaments ou le recours à une pratique complémentaire comme l’hypnose, la sophrologie ou l’EMDR. 

EMDR

L’EMDR, pour Eye Movement Desensitization and Reprocessing (intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires) est un type d’intervention à visée psychothérapeutique utilisée dans la prise en charge du stress post-traumatique. Elle concerne donc avant tout celles et ceux qui ont découvert leurs acouphènes suite à un événement traumatique. Les séances consistent alors à aider le cerveau à retraiter le traumatisme à l’origine du symptôme grâce à des techniques de stimulation sensorielle (mouvements oculaires et stimuli auditifs et/ou tactiles). 

Relativement nouvelle, l’EMDR est proposée par certains psychologues, psychothérapeutes et psychiatres et son efficacité a été validée par la Haute autorité de santé, l’OMS et l’Inserm. Il ne s’agit donc ni d’une médecine douce ni d’une médecine alternative. Certaines mutuelles et assurances complémentaires proposent d’ailleurs sa prise en charge, notamment dans le cadre du traitement des causes psychologiques des acouphènes.

Trouvez un professionnel de l'audition