fermer
revenir au site   >

Cholestéatome : pourquoi la chirurgie est-elle inévitable ?

Audition

08.11.23

image bannière

Le cholestéatome est une forme d’otite chronique qui se traduit par la présence d’un kyste bénin dans l’oreille, derrière le tympan. Inoffensif en apparence, il se développe pourtant plus rapidement que la peau normale et détruit petit à petit les structures qui l’entourent. Un diagnostic précoce permet de le retirer rapidement afin d’éviter des complications graves et une perte d’audition parfois irréversible.

Qu'est-ce qu'un cholestéatome ?

Un cholestéatome est une affection médicale qui se caractérise par la formation d'une croissance anormale de la peau à l'intérieur de l'oreille moyenne ou de l'oreille interne. Selon les cas, il se développe à l’intérieur des cavités de l’oreille moyenne, derrière la membrane tympanique ou dans la mastoïde. 

Il est généralement bénin, mais peut provoquer divers problèmes auditifs et de santé s’il n'est pas traité.

Causes

Les causes exactes de la formation d'un cholestéatome ne sont pas entièrement comprises, bien que plusieurs facteurs puissent contribuer à son développement. Le plus souvent, il apparaît suite à des otites à répétition et à un mauvais fonctionnement de la trompe d’Eustache, essentielle à une bonne aération de l’oreille moyenne. Plus rarement, un cholestéatome peut se former suite à un traumatisme de l’oreille (tympan percé, fracture du rocher, par exemple) ou à une intervention chirurgicale (chirurgie de l’otospongiose notamment). Enfin, et cela reste exceptionnel, il peut être congénital et par conséquent présent dès la naissance. 

Symptômes

Les symptômes d’un cholestéatome peuvent varier d’un individu à l’autre, mais le plus manifeste est généralement une surdité progressive (voir les conseils de notre guide pour savoir si on a une perte auditive). D’autres signes peuvent être évocateurs : 

  • Otalgie (douleurs à l’oreille)
  • Écoulement de pus jaunâtre et malodorant (otorrhée purulente)
  • Sensation d’oreille bouchée
  • Acouphènes
  • Problèmes d’équilibre
  • Vertiges
  • Saignement de l’oreille

Lorsque le cholestéatome n’est pas traité, ou pas correctement, des complications peuvent apparaître. 

Complications possibles

Si un cholestéatome n'est pas traité, la croissance de la peau à l'intérieur de l'oreille peut continuer à se développer et endommager les structures auditives et de l'oreille interne. Cela peut entraîner une perte d’audition irréversible, une paralysie faciale, des infections graves comme une mastoïdite et, dans les cas avancés, des complications potentiellement mortelles telles qu'une méningite ou une autre infection du système nerveux central.

Les complications possibles d'un cholestéatome non traité sont donc importantes et ne doivent pas être prises à la légère. En cas de symptôme évocateur, il est important de consulter un médecin ORL rapidement. Il est le contact à privilégier afin d'obtenir un diagnostic et une prise en charge appropriée. 

Diagnostic

Le cholestéatome n’est pas toujours symptomatique, ce qui complique son diagnostic. De nombreux outils permettent néanmoins de le repérer, de façon isolée ou en complément les uns des autres. 

  • Otoscopie : elle permet au médecin d’observer le tympan et le conduit auditif externe. C’est elle qui permet généralement de diagnostiquer une otite et, le cas échéant, le cholestéatome. 
  • Audiométrie tonale : elle permet de calculer la perte auditive
  • Prélèvement des sécrétions : pour repérer la présence de bactéries (Pseudomonas notamment). 
  • Imagerie : un scanner crânien permet d’observer l'atteinte des tissus environnants et d’éventuelles destructions osseuses. 

Traitement

La solution la plus courante et la plus efficace contre le cholestéatome consiste en son ablation au cours d'une intervention chirurgicale. 

Pendant longtemps, le traitement du cholestéatome impliquait deux interventions distinctes : une première pour le retirer et une seconde, environ un an plus tard, pour vérifier l'absence de récidive. Aujourd'hui, le contrôle se fait par imagerie médicale (IRM ou scanner), ce qui évite dans de nombreux cas la seconde intervention. 

Pour préparer l'opération, et si l'oreille est infectée, le médecin cherche dans un premier temps à l'assécher. Cela peut impliquer un ou plusieurs nettoyages par l'ORL, la prise d'antibiotiques et/ou l'utilisation de gouttes auriculaires. Réduire l’inflammation et l’infection avant l’opération est une étape essentielle pour en maximiser les résultats. 

Comment se passe l'opération d'un cholestéatome ?

L’opération d’un cholestéatome a trois objectifs : 

  1. Retirer le cholestéatome, 
  2. Éviter le risque de récidive,  
  3. Préserver (ou améliorer) l'audition. 

Déroulement

Le déroulement exact de l’opération du cholestéatome dépend du cas particulier du patient et de l’approche chirurgicale choisie. Le choix de la procédure dépend notamment de la taille et de l'emplacement du cholestéatome, ainsi que de l'étendue des dommages causés aux structures auditives.

La tympanoplastie est l’intervention la plus courante. Elle se déroule sous anesthésie générale et dure quelques heures, selon les dommages causés. Lorsque cela est possible, le chirurgien procède à une tympanoplastie fermée. Cette technique peu invasive consiste en deux petites incisions derrière l’oreille pour retirer le cholestéatome. 

En cas de forme récidivante ou avancée, il peut être nécessaire d’avoir recours à une tympanoplastie ouverte. Cette technique implique d’inciser dans la mastoïde (os temporal) afin d’accéder au conduit auditif, de retirer le kyste et, le cas échéant, de retirer le tissu osseux nécrosé. En cas d’atteinte des os de l’oreille et en plus de l'ablation du cholestéatome, l'intervention peut également contribuer à améliorer l'audition. On parle dans ce cas d'ossiculoplastie, une procédure dont le but est de réparer la chaîne des osselets et donc de permettre aux ondes sonores de se déplacer correctement entre le tympan et l’oreille interne. 

Chez l’enfant

Chez l’enfant, lorsque le cholestéatome est diagnostiqué tôt, une tympanostomie est souvent privilégiée. Moins invasive, elle consiste à placer un aérateur transtympanique (yoyo) pour évacuer les sécrétions vers l’oreille externe et aérer l’oreille moyenne. Il s’agit de la chirurgie pédiatrique la plus courante et elle peut se faire en ambulatoire. 

Après l'opération

L’opération du cholestéatome implique un temps de repos, l’immobilisation de la tête pendant quelques jours et la prise d’antibiotiques. Des antidouleurs peuvent apporter du confort pendant cette période. Le pansement principal est généralement retiré sous 24 à 48 heures et les points ainsi que certains pansements du conduit auditif externe sept à 10 jours après l’opération. Les derniers pansements sont quant à eux retirés après trois à quatre semaines

Il est normal de moins bien entendre dans les jours suivant l’opération. Néanmoins, si une perte auditive persiste après la récupération, il peut être nécessaire de se faire appareiller. Un nouveau bilan auditif est alors nécessaire pour permettre à l’ORL de rédiger la prescription adaptée. C’est ensuite l’audioprothésiste qui prend la relève en aidant le patient à choisir son appareil auditif et à s’y habituer. 

Le cholestéatome, y compris traité correctement, présente un risque de récidive. Un suivi ORL régulier est donc nécessaire.

Trouvez un professionnel de l'audition